Justice pour Roland Veuillet

Sursaut dans l’Éducation nationale ?

jeudi 3 février 2005

Article original

Après les échecs du printemps 2003 sur la loi de décentralisation et les retraites, on pensait qu’il serait encore difficile de mobiliser dans l’Éducation Nationale pendant un certain temps. Il est vrai que le moral a été atteint et que, plus grave encore, la confiance dans la capacité collective de changer les choses s’était bien émoussée. Dans le même temps, le gouvernement peine un peu à mettre en place son projet de décentralisation, comme quoi la résistance déployée n’a pas été totalement inutile. L’an passé, c’est surtout à des cas de répression syndicale graves, comme dans tous les autres secteurs, et à des abus de la hiérarchie que les personnels ont été confrontés. Rappelons le cas de Roland Veuillet, CPE à Nîmes et muté arbitrairement à Lyon. Après un long combat : 800 km à pied de Nîmes à Paris, entre août et décembre 2003 et une grève de la faim de 40 jours devant le ministère de l’Éducation Nationale en 2004, il a appris le 25 janvier le verdict du Conseil Supérieur de la Fonction Publique : que les faits reprochés n’étaient avérés. C’est une victoire pour lui et tous ses soutiens (notamment Sud-Éducation), mais combien d’autres cas non-résolus ?

Trop, c’est trop !

Qu’est-ce qui fait qu’à nouveau on peut sentir frémir un vent de colère ? Pourquoi en grève pour plus de 50 % d’entre eux le 20 janvier dernier, les personnels de l’Éducation Nationale sont-ils massivement descendus dans la rue alors que la résignation semblait l’emporter ?

C’est l’ensemble du monde du travail qui est touché par des licenciements et la remise en cause des acquis sociaux. Le fait que d’autres secteurs des Services publics se soient mobilisés dans la même semaine de façon relativement unitaire a sûrement été une raison de la réussite de cette journée, le passé ayant montré la nécessité impérieuse de luttes inter-professionnelles. Il y a dans l’Éducation Nationale un vrai ras-le-bol. On accuse « l’incompétence des enseignants à assurer la réussite scolaire de tous les enfants », quand on sait que les causes de l’échec sont avant tout sociales et que sans agir profondément et durablement sur les conditions de ressources et de vie des familles, rien ne pourra être réglé. La France serait l’un des pays à dépenser le plus de moyens pour son école, donc, puisque les moyens n’auraient pas d’incidence directe sur les résultats , on peut se permettre de ne pas remplacer la moitié de ceux et celles qui partent en retraite. Ainsi 5 500 emplois sont supprimés dans le second degré. Les fermetures de classe annoncées dans le premier degré sont aussi catastrophiques (60 dans la seule académie de Rouen !)

Les personnels dans leur ensemble, et les parents par la même occasion, sont « incapables de remplir leur rôle éducatif et d’apprendre les règles de vie en société aux jeunes », alors on licencie les emplois-jeunes, on réduit les heures de surveillance et on envoie la police pour mâter les « sauvageons ». En effet, le 6 janvier dernier, on a assisté dans beaucoup d’établissements « sensibles » à un déploiement de forces de l’ordre pour fouiller et impressionner les jeunes. Il n’y a aucune raison pour que cela s’arrête !

La précarisation et la privatisation sont des éléments structurels de gestion des personnels et des missions et sont liés à une volonté de réduire le coût du Service Public.

C’est ce qui est en jeu dans la loi que le Ministre Fillon s’apprête à présenter à l’Assemblée.

Le projet Fillon réactualise la fonction sociale de l’école

L’idée que l’école et les choix d’orientation des jeunes doivent être guidés par les besoins prévisibles de la société et l’économie est une constante dans le projet de loi. La fonction sociale de l’école serait d’adapter les élèves aux conditions de la compétitivité économique. De plus, le vocabulaire employé est significatif. S’il est réaffirmé que l’école doit apporter des connaissances, des savoirs-faire, des savoirs-être, le terme de compétences est largement utilisé.

Le projet est élaboré sur la base de ce que l’école coûte à la société

D’où la mise en place d’un socle commun de compétences et de connaissances indispensables et la suppression simultanée des enseignements qui coûtent cher au regard de ce qu’ils apportent au monde de l’entreprise (suppression de l’option économique et sociale en seconde...). Ce choix est le reflet d’une conception purement utilitariste de l’enseignement : en savoir suffisamment pour être employable et capable d’adaptation. Il consacre le renoncement à apporter une culture la plus large possible aux populations qui n’y ont pas accès en dehors de l’école. Il entérine l’abandon de l’idée que chaque élève est susceptible de progrès.

Pour atteindre cet objectif de réduction des coûts, on fera de plus en plus appel à des assistants d’éducation, des professeurs associés issus des milieux professionnels. De même , en cas d’absence d’un prof, les enseignants peuvent être appelés à effectuer le remplacement en heures supplémentaires, (plus de remplaçants) et la formation continue sera désormais effectuée en partie hors temps scolaire.

L’école maternelle est gravement menacée d’extinction. En effet, la grande section se voit rattachée à l’école primaire dans le nouveau cycle 1 et dans le même temps, il n’y a plus d’obligation d’accueil pour les jeunes enfants dont les parents le souhaitent. Economie et retour des femmes à la maison, on fait d’une pierre deux coups !

La fonction de contrôle social est nettement renforcée :

Au collège, une note correspondant à l’assiduité et au comportement des élèves sera introduite dans le diplôme national du brevet. Le projet de loi prévoit également la mise en place d’un « contrat individuel de réussite éducative ». Présenté comme un moyen d’aider les élèves en difficultés, c’est aussi un moyen de sélection et d’orientation vers des filières de relégation. L’introduction du contrat responsabilise l’élève mais en faisant de lui le seul responsable de son échec ; en effet ici un des deux signataires du contrat est à la fois juge et parti. (On est loin du contrat égalitaire cher à Proudhon ou aux militants de la pédagogie Freinet !).

Ne nous y trompons pas, certains parents et même certains enseignant(e)s vont peut-être apprécier cette reprise en main de façade. Par ces temps de chômage, il est légitime de souhaiter que les jeunes puissent tous avoir un débouché professionnel, même s’ils n’ont pas le choix et sont orientés de plus en plus tôt. Mais il faut être conscient que cette loi relève d’une politique globale volontaire de précarisation de la population pour une meilleure mise sous la coupe libérale. Elle a aussi une fonction idéologique de normalisation de la jeunesse.

Peut-être les lycéens(nes) largement mobilisé(e)s durant les dernières manifs et apportant un vrai souffle de dynamisme l’ont-ils pressenti ? Les enseignants devront encore dépasser leur relative inertie et faire savoir de toutes leurs forces le refus des lois qui se mettent en place et leur volonté de construire une véritable école du peuple.

Virginie Benito

Répondre à cet article



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Réalisé avec SPIP, valide Valid XHTML 1.0 Transitional et Valid CSS!
L'équipe du site se réserve le droit de modérer les messages non conformes à la nétiquette