Justice pour Roland Veuillet

Avec Roland Veuillet, contre la matrice

jeudi 15 février 2007

Roland ne veut pas rentrer dans la matrice. Et la matrice veut le lui faire payer. Cher. Peut-être même de sa vie.

Par Olivier Besancenot

Roland était CPE du côté de Nîmes. Il a commencé à occuper le rang gauche des manifs de 2003. Il n’a pas voulu plier et on lui a fait payer. Une mutation forcée de son académie de Nîmes vers l’Académie de Lyon. Il a tout fait pour se faire entendre. Pétitions, soutiens syndicaux et même un marathon et une grève de la faim. Rien n’y a fait. Le pouvoir est sourd. Sourd et cruel. De nouveau en grève de la faim depuis le 25 décembre, je suis allé le voir à Lyon le 5 février. Rencontre brève, pour cause de meeting dans la foulée, mais chaleureuse malgré le contexte. Roland, c’est une révolte d’un bloc contre l’injustice et une ferme détermination d’obtenir gain de cause, jusqu’à l’irréparable ? Hospitalisé depuis le 10 février, il reste inflexible. La vie doit être plus forte. Une nouvelle fois, De Robien veut agir par la force. Il veut faire interner Roland dans un hopital psy et le faire perfuser. Il veut le lobotomiser en quelque sorte. C’est ignoble. Faisons un scandale. Que De Robien réfléchisse bien, quoiqu’il arrive à Roland, il en sera tenu pour responsable. Roland n’est pas formatable. Et notre solidarité n’est pas négociable.Il faut donc d’urgence doper la mobilisation pour obtenir que sa demande soit satisfaite, ce qui ne serait que justice.

Répondre à cet article



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Réalisé avec SPIP, valide Valid XHTML 1.0 Transitional et Valid CSS!
L'équipe du site se réserve le droit de modérer les messages non conformes à la nétiquette