Justice pour Roland Veuillet

Roland Veuillet, une lutte contre l’arbitraire

mai 2007

En 2003, lors du mouvement des maîtres d’internat et surveillants
d’externat, Roland Veuillet refuse d’appliquer les ordres de sa
hiérarchie : son proviseur, Georges De Haro, lui a demandé de faire
remplacer les surveillants grévistes par des maîtres au pair, élèves
majeurs, en échange d’une gratuité d’hébergement
.

Roland a refusé, en tant que syndicaliste, de faire remplacer du
personnel gréviste par du personnel non habilité, mais aussi en tant que
conseiller principal d’éducation : cette ordre est illégal. Il a demandé
un ordre écrit qui ne lui a évidemment jamais été transmis, mais son
proviseur l’a néanmoins mis à pied pour cette raison. Roland s’était
auparavant opposé, en tant qu’élu au conseil d’administration de lycée (Duhoda de Nîmes), à la mise en place
d’une plate-forme technologique qui était un moyen à peine déguisé de
faire entrer le Medef dans son lycée.

En accord avec le recteur William Marrois, Georges de Haro a
réussi à faire passer Roland Veuillet devant une commission
disciplinaire qui révèle que le dossier professionnel de Roland Veuillet
est principalement composé de documents à caractères syndicaux (ce qui
est illégal), et d’autres documents falsifiés par les bon soins du
recteur et de l’inspecteur général. Ce conseil de discipline se solde
par la mutation d’office de Nîmes vers Lyon dès la rentrée 2003.

Depuis, Roland se bat contre cette sanction. Il a fait plus de 16000
kilomètres d’« arbitrairathons », de marathons contre l’arbitraire.

Il a entamé une première grève de la faim en 2004 qui s’est soldé par
une médiation partisane de la part de l’éducation nationale. Le conseil
supérieur de la fonction publique d’État demande
la réintégration de Roland sur son poste et la levée de la sanction en janvier 2005,
mais le ministère de l’éducation refuse. Roland a
entamé une nouvelle grève de la faim, mais il a été contraint d’y mettre
un terme le 18 février 2007 après 56 jours et une tentative
d’internement d’office qu’il aura néanmoins subit pendant 27 heures.

Répondre à cet article



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Réalisé avec SPIP, valide Valid XHTML 1.0 Transitional et Valid CSS!
L'équipe du site se réserve le droit de modérer les messages non conformes à la nétiquette