Justice pour Roland Veuillet

Fillon ne respecte pas la loi !

dimanche 17 avril 2005

F. FILLON refuse l’avis du Conseil Supérieur de la Fonction Publique !

Le Ministre de l’Éducation nationale vient de faire savoir qu’il refuse d’ appliquer l’Avis du Conseil Supérieur de la Fonction Publique (CSFP) qui s’est prononcé le 25 janvier 2005 pour l’annulation de toute forme de sanction contre Roland VEUILLET, « car les faits reprochés ne sont pas établis ».

Ce syndicaliste enseignant a été muté d’office de Nîmes à Lyon en 2003 pour « avoir créer des dysfonctionnements dans son lycée et pour avoir mis en danger la sécurité des élèves ». En fait l’administration a voulu sanctionner sa participation active à la grève reconductible des surveillants en janvier de cette année là, et surtout sanctionner durement son intervention pour empêcher le remplacement des grévistes par des personnels précaires (il a permis à la grève de se poursuivre).

Pour justifier cet acharnement dans le maintient d’une sanction arbitraire, malgré l’Avis du CSFP, le ministère a eu recours à un artifice grotesque : le Médiateur de l’Éducation nationale Monsieur Jacky SIMON initialement chargé en septembre 2004 d’une mission de conciliation, change subitement de rôle le 25 janvier 2005 (bizarre non !), et se transforme en Procureur. Ainsi, cet ancien Directeur des personnels ayant largement dépassé l’âge de la retraite (70 ans) retrouve une jeunesse en se positionnant comme un Inspecteur Général chargé d’une enquête contre un personnel qu’il doit descendre. Les sourires se transforment en rictus et propos cassants, et ses recherches sont conduites de façon partielle et partiale contre Roland. Son travail a consisté exclusivement à glaner ici ou là les moindres éléments qui pourraient un tant soit peu être retenus à charge et à ignorer tout ce qui démontre les fautes graves de l’Administration.

Mais cette manœuvre grossière et indigne ne change rien, car le Rapport SIMON n’apporte aucun élément nouveau dans le dossier. Dossier qui a été minutieusement été étudié par le CSFP. avant d’être rejeté. Ainsi, le Ministre se permet d’opposer à un Avis de la plus Haute Instance de la Fonction Publique, présidée par des Magistrats du Conseil d’Etat, l’opinion d’une personne, plus que contestable. Cette mauvaise fois évidente à reconnaître ses torts, révèle un véritable acharnement à maintenir une sanction arbitraire, ce qui confirme le caractère anti-syndical de cette procédure disciplinaire prononcée contre un militant actif.

En agissant ainsi, le ministère prend une très lourde responsabilité dont il devra assumer les très graves conséquences. En attendant, Roland ne renonce pas et réaffirme sa détermination à faire annuler cette sanction. Il exige l’application de l’Avis du CSFP : Annulation de la sanction et réintégration au lycée Dhuoda de Nîmes, indemnisation des préjudices et, une Véritable Enquête Administrative.

Le 17 avril il engagera le 11ème ARBITRAIRATHON de 1000 km séparant Lyon de Brest.

Il commencera ce nouveau Raid contre la répression en participant à partir de 9 heures au Marathon de Lyon (42 km) et poursuivra sa course à partir de 13 heures sur la route de Villefranche-sur-Saône (40 km).

Répondre à cet article



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Réalisé avec SPIP, valide Valid XHTML 1.0 Transitional et Valid CSS!
L'équipe du site se réserve le droit de modérer les messages non conformes à la nétiquette