Justice pour Roland Veuillet

Veuillet porte plainte contre X

vendredi 23 février 2007

Nouveau combat pour l’infatigable Roland Veuillet.

JPEG - 15.5 ko
Veuillet porte plainte contre X

En conflit avec le ministère de l’Éducation nationale pour obtenir l’annulation de sa mutation disciplinaire de Nîmes à Lyon en 2003, le conseiller principal d’éducation ouvre un nouveau front en attaquant en justice la procédure d’internement psychiatrique dont il a fait l’objet la semaine dernière. Il doit déposer en début de semaine prochaine une plainte contre X pour hospitalisation d’office abusive.Le 14 février, alors qu’il entamait son 52e jour de grève de la faim à l’hôpital de Gleizé, il était transféré contre son gré à l’hôpital psychiatrique du Vinatier (Lyon 8e). La demande d’internement a été effectuée par un médecin et signée, conformément à la procédure, par un élu de Gleizé. Selon Roland Veuillet, qui a eu accès au document, le motif était « un comportement qui révèle des troubles mentaux compromettant l’ordre public » et un refus de tout traitement « psychotrope pouvant permettre une pacification interne et une atténuation de ses revendications ». Mais 24 heures plus tard, un médecin de Vinatier rendait un avis contraire, estimant que le syndicaliste n’avait rien à faire en psychiatrie. La mesure de placement d’office était alors levée par le préfet. « Comment un homme affaibli et qui a perdu 20 kg peut-il être une menace pour l’ordre public ? », s’interroge son avocat, Me Gilles Devers, qui souligne le caractère « inique » de la loi de 1990 sur les hospitalisations d’office. « La France a déjà été condamnée à huit reprises pour cette législation. »

Frédéric Crouzet

Répondre à cet article

Messages



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Réalisé avec SPIP, valide Valid XHTML 1.0 Transitional et Valid CSS!
L'équipe du site se réserve le droit de modérer les messages non conformes à la nétiquette