Justice pour Roland Veuillet

Sprint pour la réhabilitation du conseiller

mercredi 18 octobre 2006

Article original

JPEG - 13.1 ko
Sprint pour la réhabilitation du conseiller

Roland Veuillet était prêt à traverser la Manche à la nage à la Toussaint en guise de protestation. Mais la justice lyonnaise pourrait bien lui épargner cet effort. Hier, le commissaire du gouvernement de la cour administrative d’appel, chargé d’examiner une nouvelle requête déposée par ce conseiller pédagogique d’éducation (CPE), a conclu à l’annulation des sanctions disciplinaires prises contre lui par sa hiérarchie en 2003.

À l’époque, Roland Veuillet, 50 ans, avait été suspendu quatre mois puis muté d’office de Nîmes à Lyon par le ministère de l’Éducation nationale pour « avoir entravé le bon fonctionnement de son lycée » au cours d’une grève. Fortement engagé dans le mouvement social, ce syndicaliste s’était aussi vu reprocher « d’avoir mis en danger la sécurité des élèves ». Depuis, Roland Veuillet, aujourd’hui en poste au lycée Valdo de Vaulx-en-Velin, a avalé plus de 15000 km de course à pied, refusé de s’alimenter pendant 38 jours et traverser à la nage le lac Léman et le lac du Bourget, en protestation. « J’ai été muté pour des agissements corrects qui s’exprimaient dans le cadre de mon activité syndicale », a fait valoir hier le CPE qui se dit victime « de la répression d’un acte syndical maquillé en faute professionnelle ». En première instance, le tribunal administratif avait rejeté ses arguments. Le commissaire du gouvernement lui a donné raison en soulignant « son professionnalisme » et en insistant « sur l’attitude plus que désinvolte des responsables du lycée » dans ce dossier. L’affaire a été mise en délibéré.

E. F.

Répondre à cet article



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Réalisé avec SPIP, valide Valid XHTML 1.0 Transitional et Valid CSS!
L'équipe du site se réserve le droit de modérer les messages non conformes à la nétiquette