Justice pour Roland Veuillet

Éducation nationale : la sanction contre Roland Veuillet doit être levée.

jeudi 22 février 2007

Leur société

Roland Veuillet, conseiller principal d’éducation dans un lycée de Nîmes, militant syndical, avait refusé en 2003 lors d’une grève de surveillants, d’aider au remplacement de grévistes par des élèves majeurs. La sanction fut une mutation d’office à Lyon. Depuis lors, il se bat contre cette sanction inique.

Roland Veuillet a mené de multiples actions et recours. Le Conseil Supérieur de l’Éducation s’est lui-même prononcé pour l’annulation de la mesure mais le ministère de l’Éducation s’est obstiné. En désespoir de cause, Roland Veuillet avait entrepris à la mi-décembre une grève de la faim.

Le mercredi 14 décembre, il a été interné d’office à l’hôpital psychiatrique du Vinatier de Lyon. Ce genre d’internement ne peut avoir été décidé que par le préfet. Celui-ci s’en est défendu aujourd’hui et avance un dysfonctionnement administratif. Devant les protestations immédiates de toutes parts et la réprobation du personnel hospitalier lui-même, Roland a pu quitter les lieux le lendemain.

Après 57 jours de refus de s’alimenter, il vient d’arrêter sa grève de la faim. Il faut que sa sanction soit cassée et il doit réintégrer son poste d’origine à Nîmes !

M.R.

Répondre à cet article



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Réalisé avec SPIP, valide Valid XHTML 1.0 Transitional et Valid CSS!
L'équipe du site se réserve le droit de modérer les messages non conformes à la nétiquette