Justice pour Roland Veuillet

Le dossier Roland Veuillet s’enlise

vendredi 23 février 2007

Roland Veuillet refuse les propositions du Ministre

JPEG - 7 ko
Après avoir perdu 20 kg, Roland Veuillet a cessé sa grève de la faim au bout du 57e jour.
Photo : X.T/metro

« Je n’ai pas à accepter une mutation pour un poste provisoire alors que je demande une mutation officielle depuis quatre ans qui m’a toujours été refusée », a indiqué hier Roland Veuillet, réagissant à la lettre du ministre qui lui propose une mutation de libre choix. Pour le CPE, la sanction de 2003 pour fait syndical est injustifiée. « J’ai empêché le proviseur de remplacer des surveillants grévistes par d’anciens élèves, ce qui était tout à fait illégal. » Roland Veuillet reproche aussi au ministre de ne pas engager d’enquête administrative : le CPE met en avant des faux en écriture du proviseur de Nîmes pour faire passer des financements du Medef.

« Mauvaise foi »

« Le ministre m’indique qu’il ne peut pas engager d’enquête à cause de mon recours au Conseil d’État, c’est de la mauvaise foi ! (...). J’ai attendu le dernier moment pour le faire, et de Robien a attendu le 53e jour de ma grève pour faire appel à un médiateur. » Scandalisé par son hospitalisation d’office au Vinatier, Roland Veuillet va porter plainte la semaine prochaine. Une autre procédure au pénal va viser « ’acharnement antisyndical ». Les unions départementales CGT, FSU, CFTC, Solidaires et CNT du Rhône ont apporté leur soutien commun à ces deux actions.

Xavier Thouvenot

Hospitalisation

Roland Veuillet détient une lettre du psychiatre de l’hôpital de Villefranche qui a justifié son envoi en psychiatrie en raison de « troubles de la personnalité de type paranoïaque ».

Répondre à cet article



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Réalisé avec SPIP, valide Valid XHTML 1.0 Transitional et Valid CSS!
L'équipe du site se réserve le droit de modérer les messages non conformes à la nétiquette