Justice pour Roland Veuillet

Roland Veuillet interné au Vinatier

jeudi 15 février 2007

Article original

JPEG - 13.5 ko
Roland Veuillet interné au Vinatier

par Frédéric Crouzet

Le comité de soutien à Roland Veuillet doit se rassembler aujourd’hui devant l’hôpital psychiatrique du Vinatier (8e). C’est là que le conseiller principal d’éducation, en grève de la faim depuis 54 jours pour faire annuler sa mutation disciplinaire de Nîmes à Lyon en 2003, a été hospitalisé d’office hier en milieu de journée. Samedi dernier, Roland Veuillet, 51 ans, avait été admis d’urgence au centre hospitalier de Villefranche-sur-Saône dans un état inquiétant. Il refusait cependant d’être perfusé ou alimenté de force. Ce sont les médecins qui auraient demandé son transfert au Vinatier. Hier soir, cette procédure n’avait pas encore été validée par le préfet du Rhône. « Nous n’avons plus aucune nouvelle de lui. C’est une mesure arbitraire pour pouvoir le perfuser de force », s’est indignée Laurence Pennequin, membre de SUD-Éducation. Hier, avec Albert Jacquard et Mgr Gaillot, elle a une nouvelle fois été reçue au ministère de l’Éducation. En vain. Gilles de Robien avait missionné mardi un médiateur pour qu’une solution rapide soit trouvée. « Mais le temps presse. Chaque jour, les séquelles risquent d’être plus importantes pour Roland Veuillet. Les sanctions doivent être annulées très rapidement », estime Thomas Boos, du comité de soutien. En novembre 2006, la cour d’appel administrative de Lyon avait confirmé les sanctions prises contre Roland Veuillet en 2003 après sa participation à une grève à Nîmes. Avant de se mettre en grève de la faim le 24 décembre à Lyon, il avait couru 16500 km en protestation.

Répondre à cet article



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Réalisé avec SPIP, valide Valid XHTML 1.0 Transitional et Valid CSS!
L'équipe du site se réserve le droit de modérer les messages non conformes à la nétiquette