Justice pour Roland Veuillet

Roland Veuillet a mis du temps pour se faire entendre de Gilles de Robien

jeudi 5 avril 2007

Roland Veuillet, ce conseiller principal d’éducation qui proteste depuis plus de trois ans contre une sanction disciplinaire et qui a cessé le 18 février une grève de la faim de cinquante-sept jours, a finalement obtenu gain de cause.

JPEG - 2.8 ko
Roland Veuillet

Non sans avoir mené une nouvelle action, puisque depuis lundi, il avait entamé un circuit de 1 000 km en courant autour du ministère de l’Éducation nationale et de Matignon.

« Lundi, j’ai couru 60 km, et 52 km mardi. Après ma grève de la faim, le ministère avait dit qu’il envisageait ma réaffectation à Nîmes. Or les affectations viennent de tomber et je n’y suis toujours pas affecté », protestait-il hier.

En fin d’après-midi, alors qu’il courait toujours, le ministère faisait savoir que « Gilles de Robien, ministre de l’ Éducation nationale, a décidé le 21 février de donner suite aux recommandations du médiateur de l’Éducation nationale et d’accorder à Roland Veuillet une affectation dans l’académie de son choix pour lui permettre de retrouver ses proches » . En précisant plus loin que « la décision ministérielle de mutation (…) est en instance de signature. » Il est cependant curieux de constater qu’il faille autant de temps entre la décision – datée officiellement du 21 février, selon ce communiqué officiel – et la signature… toujours en instance.

Répondre à cet article



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Réalisé avec SPIP, valide Valid XHTML 1.0 Transitional et Valid CSS!
L'équipe du site se réserve le droit de modérer les messages non conformes à la nétiquette