Justice pour Roland Veuillet

Plusieurs grévistes en soutien à Roland Veuillet

février 2007

Gréviste de la faim depuis le 24 décembre, Roland a été hospitalisé à sa demande samedi 10 février. Il a ensuite subit un internement d’office, puis a été libéré après 27 heures. Privé de suivi médical, il a décidé de poursuivre son combat en cessant sa grève de la faim après jours.

Le ministre de l’Éducation nationale, de Robien, persiste dans son mutisme.

Cette attitude est criminelle.

Que craint-il s’il est dans son « bon droit » ?
Qu’il ouvre une enquête administrative nationale et lève la sanction arbitraire subie par Roland Veuillet depuis quatre ans.

Plusieurs camarades ont décidé de se mettre en grève de la faim par solidarité, en soutien à Roland et son combat :

- Eric Basillais, enseignant à Marseille, a effectué une grève de la faim de deux semaine entre le 29 janvier et le 11 février.

- Philippe Corcuff, enseignant-chercheur, a observé un jeûne pendant une semaine en soutien à Roland.

- Amparo Ibañez, institutrice à Antécume-Pata en Guyane, a elle aussi effectué une grève de la faim pendant 12 jours. à partir du 8 février

- Thomas Boos, co-secrétaire de la Fédération des syndicats SUD Éducation, à effectué lui une aussi grève de la faim d’une semaine.

- Goulven Kerien, secrétaire départemental du SNES 93, a entrepris, à partir du lundi 12 février au matin une grève de la faim d’une semaine.

- Jean-Philippe Joseph, enseignant à Alès, a effectué une grève de la faim de onze jours à partir du dimanche 18 février.

Avec eux, 5 enseignants d’Avignon sont en grève illimitée depuis le jeudi 25 janvier.

Avec eux, deux enseignants marseillais se sont mis en grève également. L’un d’eux, Erwan Redon, subit de fortes pressions de la part de sa hiérarchie.

Avec eux, des lycéens mènent des actions pour montrer leur solidarité face à la répression

Avec eux, dans l’hexagone et outre-mer, de nombreux militants alertent la population : un crime d’État aura lieu si de Robien n’ordonne pas dès aujourd’hui la levée de la sanction et l’ouverture d’une enquête administrative. La balle est dans son camp. Il ne peut jouer avec la mort.

Justice pour Roland Veuillet : qu’elle soit faite, maintenant !

mis en ligne par Gilles Frapper

Répondre à cet article



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Réalisé avec SPIP, valide Valid XHTML 1.0 Transitional et Valid CSS!
L'équipe du site se réserve le droit de modérer les messages non conformes à la nétiquette