Justice pour Roland Veuillet

Grève de la faim devant le ministère

vendredi 26 décembre 2014

Depuis le 15 septembre, Roland Veuillet est en grève de la faim,devant le ministère de l’éducation nationale, au 110, rue de Grenelle.

Roland Veuillet a été sanctionné en 2003 pour des faits exclusivement syndicaux : élu des personnels, il a animé la grève reconductible (trois semaines), des surveillants de son lycée. Ceux-ci se battaient contre la suppression de leur statut de MI/SE, et contre la mise en place des contrats précaires d’AED (qu’on connaît aujourd’hui).

Il avait été muté de Nîmes à Lyon à 300 km de chez lui et de ses trois enfants jeunes.

Mais en 2005, le Conseil Supérieur de la Fonction Publique se prononçait catégoriquement pour « l’annulation de cette sanction, car les faits reprochés ne sont pas établis ». Une décision que les ministres de Droite n’ont jamais voulu entériner.

Ainsi, depuis douze ans, cette sanction est systématiquement prolongée, sans raison.

En effet, en 2014, ce militant syndical est toujours en poste dans le Rhône, malgré ses nombreuses demandes de mutation. Pire, à cette sanction, au coup financier énorme (1000 euros mensuels), s’ajoutent d’autres mesures discriminatoires. Celles-ci sont autant de « double peine ». On constate par exemple, qu’il a été rétrogradé en devenant TZR, c’est à dire remplaçant, celui que le recteur peut balader à sa guise d’un poste à l’autre sans raison de service, et c’est ce qui se passe. On remarque également, que son déroulement de carrière est le plus lent de France, loin derrière l’enseignant le plus mal noté (à ancienneté égale). Ce dénigrement se traduit évidemment sur le salaire. On observe enfin, qu’il subit systématiquement des mesures de rétorsion et de harcèlement dès lors qu’il agit syndicalement : C’est ce qui s’est produit encore récemment.

En juillet 2014, il a été suspendu de ses fonctions du collège Maria Casarès de Rillieux la Pape dans le Rhône, où il était en poste. Aucune faute professionnelle ne lui est reprochée …si ce n’est la part qu’il a prise dans les mobilisations avec ses collègues, dans son établissement.

Cette dernière péripétie est même caricaturale : On voit en effet, le Rectorat de Lyon transgresser la réglementation de l’éducation Nationale, ainsi que le Code de la Fonction Publique, sans vergogne.

Après plusieurs recours hiérarchiques sans réponse, Roland Veuillet s’est mis en grève de la faim le 15 septembre, et a adressé un courrier à Madame Najat Vallaud Belkacem. Courrier qu’il lui a remis en main propre, rue Bellechasse, où elle habite.

mis en ligne par Roland Veuillet



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Réalisé avec SPIP, valide Valid XHTML 1.0 Transitional et Valid CSS!
L'équipe du site se réserve le droit de modérer les messages non conformes à la nétiquette