Justice pour Roland Veuillet

ARBITRAIRAthon : 29000 km parcourus

lundi 24 août 2009

Courir pour protester

Hier soir, 14 juillet 2009, Roland Veuillet a achevé un millier de kilomètres supplémentaires en courant autour de la Préfecture du Rhône (101, rue Pierre Corneille, Lyon 3e) qui s’ajoutent aux 28000 km parcourus depuis 2003.

Roland Veuillet est maintenu à Lyon, pour une 7e année, à la Rentrée de septembre 2009, il ne rejoindra pas Nîmes.

Le ministère de l’Éducation Nationale a refusé, une fois de plus, la demande de mutation du syndicaliste, prolongeant ainsi pour une année supplémentaire la sanction prononcée en 2003, pour fait de grève.

S’il était encore besoin de démontrer le caractère arbitraire de cette mesure disciplinaire, il suffirait de comparer cet acharnement quasi obsessionnel du ministère, avec la clémence dont les mêmes sont capables lorsqu’il s’agit « de couvrir à l’interne » de graves malversations relevant du Pénal.

A titre d’exemple, on peut citer le cas de Joël P. Inspecteur à Guérande (44), condamné à la prison ferme en 2005, pour avoir violé des stagiaires institutrices sous sa responsabilité. Aucune procédure disciplinaire n’a jamais été engagée contre lui, il n’a même pas été suspendu de ses fonctions pendant l’instruction et il reprendra normalement ses activités (professionnelles…) à sa levée d’écrou.

On pourrait aussi rappeler à Monsieur DUWOYER (DRH au ministère), non seulement les nombreuses autres affaires semblables, mais aussi, celles concernant des détournements financiers jamais sanctionnés.

Rien de tel dans le cas de Roland ! Lui était simplement gréviste en 2003 avec les surveillants de son lycée, contre la suppression de leur statut.

Aujourd’hui, on comprend mieux le cassage brutal de cette grève au regard de la situation dans laquelle se trouvent « les personnels de Vie Scolaire » ainsi nommés à présent. La précarisation des AVS, EVS , AED, etc. (autant de contrats très « personnalisés ») s’est généralisée : 30000 d’entre eux n’ont pas été renouvelés à la veille des vacances. Mais cette précarisation est aussi expérimentale, en vue être étendue à tous les enseignants. Comme on le voit l’enjeu était de taille, et c’est pour cela qu’ils ont frappé fort à l’époque.

Mais somme toute, ce que ne pardonne pas le ministère à Roland VEUILLET, c’est le fait de n’avoir jamais renoncé depuis, à dénoncer cette sanction comme étant une cabale montée de toutes pièces. C’est aussi sa persévérance à la combattre en exigeant une Enquête Administrative, qui est intolérable au ministère.

Pour protester, pour résister, il court : une forme d’action originale !

mis en ligne par Roland Veuillet

Répondre à cet article



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Réalisé avec SPIP, valide Valid XHTML 1.0 Transitional et Valid CSS!
L'équipe du site se réserve le droit de modérer les messages non conformes à la nétiquette