Justice pour Roland Veuillet

Mutation à Nîmes ?

jeudi 5 avril 2007

Le Ministère de l’Éducation Nationale annonce des contre-vérités : dans un communiqué de presse, il indique le retour de Roland Veuillet dans l’Académie de Montpellier pour la rentrée prochaine. Or lors de la Commission Paritaire (CAPN) sur les mutations, qui s’est tenue au mois de mars, le même ministère a refusé la demande de Mutation de Roland... Les CAPN sont les seuls organismes qui valident officiellement les mutations (Code de la Fonction Publique).

Il ne s’agit donc pas d’ une mutation, mais d’une ATP (Affectation à Titre Provisoire), c’est à dire un dispositif très précaire, qu’on peut résumer de la façon suivante : le recteur de Lyon « prête » Roland Veuillet, au recteur de Montpellier. Ce dernier a ensuite toute liberté pour disposer de Roland Veuillet comme il l’entend. Il peut l’ affecter là où il veut (loin de Nîmes), sur aucun poste précis (sans poste même). Roland n’a jamais demandé celà.

Bref , comme ses prédécesseurs Ferry et Fillon, Robien refuse de respecter les droits que Roland devrait disposer comme tout fonctionnaire : le droit à une mutation sur un poste réel. Il s’agit donc d’ une mesure qui n’offre aucune garantie. Elle peut même se révéler être pire que la situation présente, dans la mesure où il n’y a aucune garantie statutaire. Ainsi, c’est une véritable épée de Damoclès que le ministre compte mettre sur la tête d’un syndicaliste pour le rendre silencieux : « tu te tais ou tu retournes à Lyon ». Ceci est inacceptable.

Précisions enfin que Robien confie au recteur Christian Nique (de Montpellier) le soin de traîter cette situation. Or le recteur Nique est celui qui a donné à plusieurs reprises des consignes écrites aux chefs d’établissements pour créer des incidents contre Roland Veuillet chaque fois que ce dernier exercerait son mandat syndical... (Consignes illégales et jamais condamnées par le ministère pourtant interpellé à ce sujet).

Roland VEUILLET poursuit donc son combat pour l’annulation de la sanction qui le frappe depuis 2003, pour fait de grève. Il court actuellement autour des ministères (Hôtel de Grenelle et de Matignon) à l’occasion du 24e Arbitrairathon, commencé le 2 avril et qui se terminera le 15, après avoir parcourus 1 000 nouveaux kilomètres (18 000 en 3 ans et demi) :
- lundi 2 avril : 60 km ;
- mardi 3 avril : 60 km ;
- mercredi 4 avril : 60 km ;
- jeudi 5 avril : 35 déjà...

Répondre à cet article



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Réalisé avec SPIP, valide Valid XHTML 1.0 Transitional et Valid CSS!
L'équipe du site se réserve le droit de modérer les messages non conformes à la nétiquette