Justice pour Roland Veuillet

Gilles de Robien n’a rien cédé, la lutte continue

jeudi 22 février 2007

Voici plus d’une semaine que Robien a donné une lettre de mission à M.
Jutand
(inspecteur général de l’Éducation Nationale), médiateur de
l’Éducation Nationale. Dans cette lettre, Robien lui demandait de rendre
ses conclusions dans les « meilleurs délais », afin de sortir au plus vite
de la crise. Or ce médiateur, comme le précédent nommé suite à la première
grève de la faim de Roland, a entamé une nouvelle course de lenteur,
baladant les organisations syndicales de jour en jour. Aujourd’hui le
médiateur a remis son rapport au ministre, celui-ci lui a demandé de
revoir sa copie. Mais en fin de journée, toujours plus autocratique que
jamais, le ministre a pondu un nouveau communiqué provocateur proposant la
même solution qu’il y a 2 semaines lorsque les organisations syndicales
ont été reçues pour la première fois
(Roland en était alors à 46 jours de
grève de la faim). Robien se moque du monde, de la même façon qu’il se
moque de la vie d’un homme.

Robien et son sbire ont montré à quel point la vie de Roland les
importaient peu, à la différence de la médiatisation de l’affaire de
Roland, et notamment cet épisode honteux de l’internement psychiatrique au
Vinatier. Ils continueront de balader tout le monde, en attendant que la
couverture médiatique de cette affaire retombe. Ceci est peine perdue car
les soutiens continuent d’arriver : communiqué de l’ensemble des Unions
Départementales du Rhône qui apportent leur soutien à Roland
. De plus,
d’autres personnes se sont mises elles aussi en grève de la faim, en
solidarité avec Roland
, même après qu’il ait cessé son jeûne, des
enseignants sont sont toujours en grève illimitée à Avignon depuis le 25
janvier
, ils poursuivent les mobilisations de terrain et font maintenant
savoir quelles ignoble pratiques est capable d’utiliser Robien pour faire
taire un militant génant. Pendant ce temps, Robien abat une nouvelle fois
la carte de la répression avec des sanctions à l’égard de certains lycéens
du lycée Cocteau à Miramas qui ont bloqué leur lycée en fin de semaine
dernière en solidarité avec Roland
.

Sur Lyon le comité de soutien et Roland sont en train de préparer toutes
les procédures pénales afin de faire la lumière sur l’hospitalisation
d’office en milieu psychiatrique de Roland
ainsi que sur l’acharnement
anti-syndical dont Roland est victime depuis 2003. Ainsi Robien, par
l’intermédiaire de Rectorat de Lyon, a menacé à plusieurs reprises Roland
de le déclarer en abandon de poste alors que celui-ci était en grève
couvert par un préavis de grève. Robien semble oublier que le droit de
grève est un droit constitutionnel, tout comme il semble ne pas avoir
compris qu’on ne peut pas enfermer un homme uniquement parce que celui-ci,
par ses revendications, est génant.

Le comité de soutien continuera, tout comme l’intersyndicale, d’exiger que
la sanction soit annulée, avec toutes les conséquences de droit, le retour
à la situation antérieure à Dhuoda, ainsi qu’une réparation du préjudice
subi.

Le comité de soutien à Roland Veuillet

Répondre à cet article



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Réalisé avec SPIP, valide Valid XHTML 1.0 Transitional et Valid CSS!
L'équipe du site se réserve le droit de modérer les messages non conformes à la nétiquette