Justice pour Roland Veuillet

Guy Fisher, Vice-Président du Sénat, écrit à Gilles de Robien

mercredi 7 février 2007

Monsieur le Ministre,

PDF - 115.7 ko
Lettre de Guy Fisher, Vice-Président du Sénat, à Gilles de Robien

Vous n’ignorez pas le douloureux dossier de Roland Veuillet injustement
sanctionné au motif du respect du droit de grève dans son établissement,
de son opposition à l’intrusion du MEDEF dans le pilotage de son école et
comme tout élu syndical, de sa lutte aux côtés des surveillants en grève
contre leur précarisation.

J’ai pris connaissance de cette affaire avec un grand intérêt d’un point de
vue individuel d’abord, car je salue avec beaucoup d’émotion la
combativité de Roland Veuillet mais surtout parce qu’elle soulève des
questionnements sur les missions du service public d éducation.

C’est pourquoi les motivations de M. Veuillet comme, enseignant et
comme élu au Conseil d’administration de son établissement, sont légitimes.

D’une part, parce qu’elles répondent à la volonté d’une transformation du
système éducatif résolument tourné vers l’accès aux savoirs et aux
connaissances pour tous et non à une école fondée sur le libéralisme.

Le combat de M. Veuillet éclaire sur la lutte pour une école de la réussite
pour tous, contre les innégalités à l’écoles qu’elles soient d’origines
économiques et sociales, à caractère sexiste, territoriales ou scolaires et pour un personnel bien formé et en nombre suffisant.

D’autre part, parce que son combat est celui du respect du droit de grève pour des personnels inquiets de la disparition de leur statut.

Il ressort qu’à la lecture des faits, il a fait preuve d’un grand professionnalisme en s’opposant à ce que des élèves majeurs remplacent les surveillants grévistes.

A ce propos, je me permets de vous rappeler que le Conseil supérieur de la Fonction publique a conclu que la sanction était infondée et le Commissaire du gouvernement au Tribunal administratif qui a repris cette conclusion, a recommandé la levée de la sanction. De même, l’honnêteté et le professionnalisme de M. Roland Veuillet est reconnu par tous.

De nombreuses personnes soutiennent la résistance de Roland Veuillet à un système qui le broie, à une injustice qui le conduit à mettre sa vie en danger alors que pour tout un chacun, le droit à la présomption d’innocence est reconnue dans notre pays.

Aussi, Monsieur le Ministre, je vous demande, au nom de M. Roland Veuillet, de bien vouloir reconsidérer votre position,
en diligentant l’ouverture d’une véritable enquête administrative indépendante
en réunissant une commission paritaire chargée d’examiner la levée de sanction basée sur le rapport de la commission administrative
et dans l’attente de la décision, de mettre en place un moratoire qui lui permette de retrouver son poste.

Vous l’aurez bien compris, M. Roland Veuillet a tout mon soutien dans sa lutte pour la justice et la reconnaissance de son bon droit.
Aussi, je fais appel à votre humanité et à votre sens de l’équité pour accéder à ses demandes, somme toute bien légitimes. Il y a urgence.

Je vous en remercie par avance et vous prie d’accepter, Monsieur le Ministre, l’assurance de toute ma considération.

Guy FISCHER
Vice-Président du Sénat
Sénateur du Rhône
Conseiller Général Vénissieux Sud

Note : le courrier original scanné est disponible sur un site externe afin de limiter l’occupation d’espace disque chez notre hébergeur.

Répondre à cet article



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Réalisé avec SPIP, valide Valid XHTML 1.0 Transitional et Valid CSS!
L'équipe du site se réserve le droit de modérer les messages non conformes à la nétiquette