Justice pour Roland Veuillet

Entrave au droit syndical : réagissons

vendredi 2 février 2007

Lundi 29 et mardi 30 janvier, une équipe de militants de SUD et
de la FSU se sont rendus dans tous les établissements de Nîmes et
de Montpellier afin de briser le silence entourant la grève de la
faim de Roland Veuillet. Malgré la production de l’arrêté
ministériel attribuant ma décharge syndicale, nous avons été
« interdits » d’accès dans deux établissements. Après échanges de
coups de fil avec le rectorat, les chefs d’établissements ont reçu
l’ordre de me laisser distribuer les tract dans les casiers et
procéder à un affichage sur les panneaux syndicaux, mais M.
CHAUX, DRH du rectorat, nous a interdit d’afficher la pétition
intersyndicale (il me l’a précisé au tél, et c’est aussi ce que
les proviseurs nous ont répété devant témoins). Aucun texte ne
justifie cette interdiction.

Ainsi non seulement il y a blocage de la part du ministère, mais à présent il y a clairement obstruction au droit syndical pour empêcher la défense syndicale de Roland. Cela nous paraît particulièrement grave et à dénoncer haut et fort.

La réponse que nous pouvons apporter collectivement à cette obstruction : qu’un maximum de déchargés de SUD éducation se rendent dans les établissements de leurs villes pour y afficher cette pétition intersyndicale.
Il faut penser à se munir de l’arrêt ministériel attribuant une décharge syndicale et d’une copie du décret du 28 mai 1982 disant le droit en matière de diffusion de documents à caractère syndical.

Par ailleurs, même sans être déchargés, chacun peut le faire dans son propre établissement, et aller le faire aussi dans d’autres établissements à condition que son syndicat le mandate officiellement pour cela en envoyant un courrier au rectorat.

Répondre à cet article



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Réalisé avec SPIP, valide Valid XHTML 1.0 Transitional et Valid CSS!
L'équipe du site se réserve le droit de modérer les messages non conformes à la nétiquette