Justice pour Roland Veuillet

Roland Veuillet interné de force après 53 jours de grève de la faim

jeudi 15 février 2007

Communiqué du comité de soutien à Roland Veuillet

Sur ordre du préfet du Rhône, Roland Veuillet a été hospitalisé contre sa
volonté à l’hôpital psychiatrique du Vinatier (Lyon) aujourd’hui. Les
provocations se poursuivent ; les pires pratiques employées au cours de
l’Histoire sont maintenant appliquées afin de faire disparaître le juste
combat de Roland. Or Roland est tout à fait lucide. Cet isolement forcé
poursuit un acharnement délibéré à casser un homme qui lutte.

« Lorsqu’on veut abattre son chien, on l’accuse de la rage. »

Par cette hospitalisation psychiatrique, l’État Français veut faire croire
à la folie de Roland Veuillet. C’est indigne du pays des Droits de
l’Homme. Cette psychiatrisation du dossier et du combat de Roland est mise
en oeuvre par l’État pour... Une petite raison d’État : faux en écriture d’un proviseur couvert par un recteur d’académie.

Qu’est ce l’« honneur perdu » de deux fonctionnaires face à la vie et la
santé d’un homme ? Face aux avis sans équivoques du Conseil Supérieur de
la Fonction publique et du Commissaire du gouvernement (les deux concluent
à la levée de la sanction arbitraire) ? Que veulent ils protéger en
refusant l’ouverture d’une réelle enquête administrative nationale ? Les
faits sont têtus et donnent raison au combat de Roland Veuillet et des
militant-es qui le soutiennent. Justice doit être faite.

Malgré les différentes mobilisations de soutien en France (4 grévistes de
la faim solidaires, tentes devant l’inspection académique de Marseille,
rassemblement au rectorat de Bordeaux, rassemblement en présence du
professeur Albert Jacquard et de Mgr Gaillot devant le ministère...). Gilles de Robien croit se décharger en donnant mission au médiateur de
l’Éducation Nationale de lui proposer une solution rapide
. Alors qu’il est le seul capable de faire
appliquer l’avis du Conseil Supérieur de la Fonction Publique demandant
l’annulation de la sanction.

Nous persistons à tenir Gilles de Robien personnellement responsable de ce
qui arrivera à la vie et à la santé de Roland, et continuerons nos
mobilisations et actions pour faire sortir Roland de cet enfer et que
cette injuste sanction soit enfin annulée.

Répondre à cet article

Messages



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Réalisé avec SPIP, valide Valid XHTML 1.0 Transitional et Valid CSS!
L'équipe du site se réserve le droit de modérer les messages non conformes à la nétiquette