Justice pour Roland Veuillet

Situation de notre collègue Roland Veuillet

vendredi 17 septembre 2004

Lettre au ministre et au recteur de Lyon

PDF - 87.2 ko
Lettre au ministre et au recteur de lyon

de
SUD éducation Rhône

à
Monsieur le Ministre
de l’Éducation Nationale

à
Monsieur le Recteur
de l’Académie de Lyon

Monsieur le Ministre, Monsieur le Recteur,

Comme vous le savez, notre collègue Roland Veuillet, CPE au lycée Jean Perrin, entre dans sa troisième semaine de grève de la faim. Il proteste contre la mutation disciplinaire qui l’a conduit de Nîmes à Lyon en septembre 2003. Cette sanction est le résultat d’une procédure qui ne s’est manifestement pas déroulée dans les conditions normales. Notre collègue a été sanctionné arbitrairement, pour avoir refusé le remplacement de maîtres d’internat grévistes par des « maîtres au pair », c’est-à-dire par des élèves majeurs. Il a donc refusé un ordre qui était, tout simplement, illégal, et si quelqu’un, dans cette affaire, a porté atteinte à la sécurité des élèves, ce n’est pas Roland Veuillet, qui a simplement défendu le droit des salariés à se mettre en grève.
Le dossier de ce conseil de discipline a été entièrement fabriqué par le chef d’établissement, en particulier grâce à de faux témoignages. Le procès verbal de ce conseil de discipline a ensuite été falsifié par le Recteur de l’Académie de Montpellier, afin de renforcer l’accusation et de minimiser les éléments qui disculpent notre collègue.

Roland Veuillet réclame l’annulation de la sanction qui le frappe, et l’ouverture d’une enquête administrative, contradictoire et publique. SUD éducation Rhône soutient ces deux demandes. Nous connaissons très bien Roland Veuillet, qui est un militant chevronné, parfaitement déterminé et absolument inflexible. Après les 5000 kilomètres de ses « arbitrairathons », il est tout à fait capable de se laisser mourir de faim devant le ministère.

Il nous semble donc indispensable, à l’heure ou de grands médias nationaux et divers groupes politiques commencent à s’intéresser au combat de notre collègue, de travailler à sortir de cette crise. Nous ne comprenons pas, par exemple, en quoi l’ouverture d’une enquête administrative poserait problème, dans un pays démocratique, au sein d’une administration qui estime ne rien avoir à se reprocher dans cette affaire. Le refus de cette demande laisserait plutôt penser que quelqu’un aurait quelque chose à cacher. Par ailleurs, il n’est pas exceptionnel de voir la mise en place d’une enquête administrative s’accompagner d’une suspension de la sanction, jusqu’à la publication des résultats.

Quelle que soit l’évolution de ce dossier, nous resterons mobilisés contre l’arbitraire et la répression, pour la défense du droit du travail et du droit de grève. Nous vous prions de croire, Monsieur le Ministre, Monsieur le Recteur, en notre attachement au service public d’éducation nationale,

Pour SUD éducation Rhône,
la Secrétaire,
Hélène Pernot

Répondre à cet article



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Réalisé avec SPIP, valide Valid XHTML 1.0 Transitional et Valid CSS!
L'équipe du site se réserve le droit de modérer les messages non conformes à la nétiquette